Skip to content


La fontaine de l'obélisque


Obeliskbrunnen

La fontaine de l'obélisque

La fontaine de l'obélisque, également située au pied de la colline de Schönbrunn, à l’extrémité de l’allée diagonale orientale, attire le regard et constitue l’un des principaux attraits du parc, avec la Gloriette et la ménagerie. Comme les autres décorations du jardin, cette fontaine fut conçue par Hohenberg et, d’après l’inscription sur le socle de l’obélisque, construite en 1777. Les sculptures ont été réalisées par Benedikt Henrici, certaines d'après des esquisses de Beyer.

Un escalier à double volée placé entre la grotte et le mur mène à une plate-forme à partir de laquelle une petite caverne aménagée au sein de cette butte permet de contempler toute l’allée. Considérés comme symboles cosmiques, les obélisques étaient déjà rattachés au culte du soleil par les Égyptiens. Couronnés d’une sphère en or incarnant le soleil, ils symbolisent le parcours des rayons du soleil jusqu’à la terre tandis que leurs quatre arêtes marquent les points cardinaux.

Dans l’iconographie baroque, l’obélisque représentait la fermeté princière et la stabilité du pouvoir. L’aigle perché sur la sphère est la seule créature qui ait jamais pu s’approcher du soleil en restant indemne et personnifie ici le souverain servant d'intermédiaire entre le ciel et la terre. La fontaine de l’obélisque de Schönbrunn devait sans aucun doute également exprimer l’ambition d’une souveraineté absolue et pérenne de la maison des Habsbourg.

La fontaine est composée d’un bassin entouré d’un mur de soutien couronné d’une balustrade décorée de vases, s’appuyant à l’arrière sur un talus. La partie centrale du mur arrière est une butte réalisée en forme de grotte. Elle est habitée par les dieux fluviaux et couronnée d’un obélisque. La grotte s’articule autour de trois bassins d’eau dans lesquels se déverse l’eau jaillissant de la bouche du masque central et des vases des dieux fluviaux avant d’atteindre le grand bassin de la fontaine.

L’obélisque est porté par quatre tortues, symboles de stabilité ; ses hiéroglyphes étaient censés raconter l’histoire de la maison de Habsbourg. Ces derniers furent toutefois inventés puisque les hiéroglyphes ne purent être déchiffrés qu’à partir de 1822.

Back to main navigation

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Voir