Skip to content


Le grand parterre


Großes Parterre

Le grand parterre

Selon les principes du jardin d'ornement baroque, le jardin concourait au prestige du monarque et était étroitement lié à l’architecture du château, formant un prolongement vers l’extérieur des intérieurs somptueux : l’axe central d’un château devait former « l’épine dorsale » du jardin dont la symétrie était déterminée par des axes orthogonaux et diagonaux.

Derrière la façade du château s’ouvrant sur le jardin, le parterre et ses parcelles strictement symétriques occupaient l'espace le plus important. Au milieu du XVIIIe siècle, les parcelles étaient composées de buis finement taillés entourés de pierres ou de sable de couleur ; on les appelait également « broderies » en raison de leur forme ornementale.
Les deux plus grandes parcelles orientées sud comportaient à l'époque en leur milieu des boulingrins (dérivé de l’anglais « bowling-green »), un parterre gazonné en creux permettant de jouer aux boules, mais que dans les jardins à la française on se contenta d’utiliser comme élément de décoration.

Le parterre était bordé de bosquets qui formaient un décor d’arbres et de haies taillées avec rigueur, pourvu de petites places et des cabinets de verdure dissimulés.

C'est probablement à des architectes baroques de l'entourage de l'empereur François Ier que nous devons cet aménagement baroque du jardin. Il fut remplacé dans les années 1770 par l'aménagement existant encore aujourd'hui, réalisé d'après les plans de l'architecte Johann Ferdinand Hetzendorf von Hohenberg : des parterres ornés de fleurs, bordés de haies de verdure, devant lesquelles sont installées de statues de marbre, la plupart exécutées par Christian Wilhelm Beyer.

Back to main navigation

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Voir