Skip to content
Berglzimmer

Les chambres de Bergl

Plus elle avança en âge, plus Marie-Thérèse souffrait de la chaleur estivale. C'est pourquoi, au cours des dix dernières années de sa vie, elle se fit installer des salles d'été au rez-de-chaussée du château de Schönbrunn. C'est ainsi que dans les années 1769 à 1778, les salles côté jardin furent réaménagées. Marie-Thérèse fit appel au peintre de Bohême Johann Wenzel Bergl pour leur décoration.

En plus des appartements destinés à l'impératrice, on installa également des appartements pour deux de ses enfants : un pour Maximilien François dans l'aile sud et un autre pour Élisabeth dans l'aile orientale du côté du jardin particulier.

Ces salles furent longtemps et en partie encore appelées appartement de Goëss (aujourd'hui appartement d'été de Marie-Thérèse), appartement du prince héritier et appartement de Gisèle. Cette dénomination remonte aux habitants de la seconde moitié du XIXe siècle, à savoir Élisabeth et ses enfants. Pour qu'ils puissent y habiter, il avait déjà fallu les restaurer partiellement au XIXe siècle.

Ces pièces, généralement appelées salles de Bergl, se caractérisent par leur décor allant de paysages exotiques jusqu'au jardin baroque construit. Ce sont des peintures en trompe-l'œil destinées à créer une fusion entre les espaces intérieurs et la nature environnante. À l'inverse de ce qu'on a longtemps supposé, Bergl a dû se contenter de modèles pour peindre certains de

ses motifs végétaux et animaux, même si la collection de plantes de la Cour, enrichie par les expéditions patronnées par François-Étienne Ier étaient riches en spécimens de toute sorte.

L'enjouement pour tout ce qui est exotique s'explique par la nostalgie d'un monde idyllique libéré de toute étiquette, qui se répandit aux débuts du romantisme. On admirait la simplicité et le caractère naturel des pays lointains, on y voyait la réalisation du rêve de l'Arcadie, le pays des bonnes mœurs et de la paix tranquille.

Les salles, toujours désignées par salles aux paysages exotiques, dévoilent toute leur qualité artistique d'origine depuis les restaurations des années 2000 et sont d'une unicité incomparable dans tout l'espace européen. Les trois groupes de pièces entièrement couvertes de peintures conservées à ce jour, ainsi que les salles contenant des porcelaines et travaux de laque de l'Asie orientale de l'étage noble, comptent parmi les salles les plus précieuses du château.

Back to main navigation

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Voir